Author Archives: Véronique Bordes

Lancement du plan mercredi en Haute Garonne

Le plan mercredi, initié par les ministres de l’Education Nationale, de la Culture et des Sports vise à offrir au plus grand nombre d’enfants de 3 à 11 ans un accueil de loisirs éducatif de qualité le mercredi.

En Haute-Garonne, les services de l’Etat et la Caisse d’Allocations Familiales accompagnent les collectivités pour bâtir des projets éducatifs territoriaux (PEdT) ambitieux et pour faire du mercredi un temps de réussite et d’épanouissement pour l’enfant, en cohérence avec les enseignements scolaires.

Vous trouverez en pièce jointe :
la lettre de présentation détaillée du plan mercredi, co-signée par la Directrice des Services Départementaux de l’Education Nationale, le Directeur de la Caisse d’Allocations Familiales, et le Directeur Départemental de la Cohésion Sociale de Haute-Garonne
le document « attestation plan mercredi – annexe au PEdT » à compléter
– le dossier de presse de présentation du plan mercredi au niveau national

Les collectivités de Haute-Garonne souhaitant obtenir le label « plan mercredi » à l’occasion de la prochaine année scolaire devront transmettre aux services de la DDCS, de la DSDEN et de la cAf les pièces suivantes, avant le 15 septembre 2018 :
1-    Le dossier de renouvellement de PEdT (s’il n’a pas encore été transmis)
2-    Le projet pédagogique actualisé de l’accueil de loisirs du mercredi (s’il n’a pas déjà été transmis avec le PEdT)
3-    Une attestation signée du maire ou du président de l’EPCI dans laquelle la collectivité s’engage à mettre en oeuvre la charte qualité (Cf. document à compléter « Attestation plan mercredi – annexe au PEdT » ci-joint)

Ces documents sont à faire parvenir aux trois adresses suivantes :
rythmes.scolaires31@ac-toulouse.fr
dsp.caftoulouse@caf.fr
ddcs-pedt@haute-garonne.gouv.fr

Attestion plan mercredi – annexe au PEdT – 19072018

Lettre presentation plan mercredi – Haute-Garonne – juillet 2018

Dossier de Presse Plan Mercredi

REVUE INTERNATIONALE ANIMATION, TERRITOIRES ET PRATIQUES SOCIOCULTURELLES

REVUE INTERNATIONALE ANIMATION, TERRITOIRES ET PRATIQUES SOCIOCULTURELLES

www.atps.uqam.ca

 

VIENT DE PARAITRE

 

ENJEUX TERRITORIAUX DE L’ANIMATION

 

Chaque territoire développe les arts, les savoirs et la convivialité en fonction de sa géographie, de son cadre bâti, de son économie et de ses traditions populaires. L’animation culturelle doit pouvoir s’ajuster aux variations territoriales des pratiques culturelles et des modes de vie. L’enracinement des animateurs, fondé sur une meilleure connaissance et une expérience du terrain, favorise la mise en œuvre de programmes d’activités susceptibles de satisfaire les aspirations des individus tout en revalorisant l’identité culturelle locale ou régionale. L’analyse des rapports entre la culture, les territoires et l’action porte également sur l’originalité que manifeste l’animation culturelle devant les différentes situations territoriales tant en matière de stratégies d’intervention que d’insertion professionnelle. Le présent numéro cherche à répondre aux questions suivantes : Comment les spécificités des territoires influencent-elles les stratégies d’action culturelle ? Comment les expériences d’animation culturelle qui ont cours dans les divers territoires peuvent-elles contribuer au renouvellement des pratiques ?

 

Analyses

 

Dans leur article intitulé « Le diagnostic participatif : un outil pour pratiquer la recherche-action », Claudia Della Croce et Yuri Tironi présentent une méthode employée dans le contexte d’une démarche participative sous la forme d’une recherche-action menée durant deux ans dans une ville de 12 000 habitants en Suisse romande. Après avoir introduit des éléments du cadre théorique, du processus et de la méthodologie d’intervention mise en place, ils dépeignent le dispositif de pilotage ainsi que les activités interactives déployées pour recueillir des données dans un diagnostic participatif et relatent quelques recommandations remises aux politiciens qui ont commandité cette recherche. Le texte se conclut par une réflexion sur les conditions d’une réelle participation citoyenne et sur la manière de mettre en place des dispositifs la permettant.

 

En tant qu’événements contribuant à la distinction des territoires dans la concurrence qu’ils se livrent pour retenir leurs habitants et attirer des visiteurs, les fêtes et les festivals ne font l’objet d’une attention des chercheurs que depuis une vingtaine d’années. À l’instar d’autres populations des pays du Sud, les villageois de Kabylie tentent de dynamiser le développement local à la suite de l’échec des politiques publiques. Mais qu’en est-il exactement ? Ces efforts sont-ils fructueux ? Après examen, Mohamed-Amokrane Zoreli note, dans son texte « Impacts sur l’attraction et la vitalité territoriales des fêtes et festivals de Kabylie », que si tous les objectifs visés ne sont pas atteints, ces initiatives contribuent à accroître les ressources disponibles pour l’essor des régions concernées.

 

Dans « Les impacts territoriaux et sociaux de la mise en place d’un dispositif de résidence d’artiste en centre d’art », Margot de Roquefeuil adopte un angle nouveau pour étudier ce phénomène. S’éloignant du point de vue des artistes, elle se place du côté des centres d’art qui les accueillent afin de mieux appréhender les retombées de ces programmes sur l’ensemble des acteurs concernés (organismes culturels, artistes, publics). Elle s’interroge ainsi à savoir dans quelles mesures les résidences d’artistes, envisagées comme espaces intermédiaires, ont un impact sur le territoire qu’elles occupent et sur la relation développée avec la communauté de public de ce territoire. Elle en conclut que la nature et l’ampleur de ces retombées ne sont pas mécaniques, mais varient selon les contextes et les dynamiques relationnelles mises sur pied.

 

La beauté des joutes languedociennes, fort anciennes, est liée à son esthétique codifiée, reposant sur la justesse des gestes techniques relativement à un certain nombre d’attributs, de séquences et d’activités ritualisées. Or, depuis les années 1960, selon Jérôme Pruneau, qui signe l’article « Inflexion de l’esthétique des joutes languedociennes devenues spectacle sportif », l’adoption de certains aspects tactiques remet en cause l’essence de cette esthétique dans la foulée de la sportification, définie comme le processus d’adoption des valeurs présidant à la pratique d’activités sportives de haute compétition et des exigences liées à leur expression publique. S’en suit l’inflexion des critères esthétiques liés à la production du spectacle pour répondre aux contraintes de sa diffusion médiatique et aux nouvelles sensibilités des audiences. Or, il s’avère que la charge symbolique originelle soit suffisamment forte pour que le spectacle des joutes conserve pour l’essentiel sa signification et son esthétique traditionnelles.

 

Gabriel Bender suggère dans son texte « Cri et chuchotement : petite musique psychiatrique » que l’histoire d’une clinique, la philosophie des soins qui s’y donnent et la relation à la ville qu’elle entretient peuvent se raconter à partir des sons produits. Malévoz est un établissement privé voulu par un ex-directeur d’hôpital public idéaliste. Il ne doit ressembler ni à une caserne, ni à un couvent. Au fil du temps, une autre voie est empruntée pour réenchanter le site et rétablir les connexions. L’objectif est de faire de ce village fantôme un quartier vivant de la ville de Monthey, en Suisse. Afin d’amener un surplus d’âme, un appel a été lancé à des artistes de divers origines et de diverses disciplines voulant y séjourner et s’y ressourcer. C’est ainsi que le lieu est devenu pour l’art en construction un asile hospitalier et que les espaces abandonnés sont de nouveaux occupés et vivants.

 

Hors thème

 

Le double rapport qu’entretient l’art avec la dynamique sociale se traduit par des relations complexes aux pouvoirs politiques et économiques. L’influence du Prince et du Marché sur l’art et la critique des pouvoirs par les moyens de l’art mettent en jeu la libre expression et l’authenticité des expériences. En contexte de redéfinition du rôle social des artistes, où la figure du psychanalyste se substitue à celle du révolutionnaire, et de l’espace public, moins présent dans la trame urbaine et plus confiné à la sphère médiatique, le nouvel art engagé vise à éveiller les consciences plutôt qu’à changer les structures sociales. Jean-Marie Lafortune défend dans son texte « Des luttes de l’art à l’art des luttes contre le Prince et le Marché », que sa portée est alors compromise par l’attrait manifesté par la population envers le divertissement et le contrôle exercé par les pouvoirs sur les médias.

 

Ce numéro se termine la présentation d’un procédé de création ayant fait ses preuves depuis vingt ans. Sylvie Labelle nous en procure un résumé. Tôt dans les années 1980, le docteur de Bono a inventé la méthode des Six chapeaux pensants, qui propose un cadre pour incorporer la pensée latérale à la logique rationnelle traditionnelle. Il a organisé un réseau de formateurs pour diffuser la formule. Advanced Practical Thinking (APTT) of Des Moines, Iowa (USA), offre maintenant une formation qui en condense les enseignements.

 

Le prochain numéro de la Revue, diffusé à l’automne 2019, aura pour thème « La recherche en animation ». La date de tombée pour soumettre un article ou un compte rendu pour ce numéro est le 14 octobre 2018 (voir consignes : www.atps.uqam.ca/auteurs_fr.php). Nous acceptons également en tout temps des textes à paraître dans la section hors thème.

 

Bonne lecture !

 

Jean-Marie Lafortune (UQAM) et André Antoniadis (EESP-Lausanne), rédacteurs

 

 

 

INTERNATIONAL JOURNAL SOCIOCULTURAL COMMUNITY DEVELOPMENT AND PRACTICES

www.atps.uqam.ca

 

JUST PUBLISHED

 

TERRITORIAL ISSUES OF SOCIOCULTURAL COMMUNITY DEVELOPMENT

 

Every territory develops arts, knowledges and sociability according to its geography, its architecture, his economy and its traditions. Cultural activities must be able to fit the territorial variations of cultural practices and lifestyles. The implanting of sociocultural community developpers, based on a better knowledge and an field experience, favorishes the implementation of programs of activities able to satisfy the aspiration of the individuals while revaluing the local or regional cultural identity. The analysis of the relationship between culture, territories and action also concerns the originality of cultural activities facing various territorial situations regarding both strategies of intervention and occupational integration. The present edition tries to answer the following questions: how do the specificities of territories influence strategies of cultural action? How the current experiments of cultural activities in diverse territories can contribute to the renewal of the practices?

 

Analyses

 

In their article entitled  » Le diagnostic participatif : un outil pour pratiquer la recherche-action « , Claudia Della Croce and Yuri Tironi present a method used in the context of a participative approach under the shape of a research-action led for two years in a city of 12 000 inhabitants in French-speaking Switzerland. Having introduced the elements of the theoretical framework, the process and the methodology of organized intervention, they depict the implementation as well as the interactive activities developed to collect data in a participative diagnosis and share some recommendations delivered to the politicians who sponsored this research. The text ends in a reflection on the conditions of a real citizen participation and on the way of setting up devices allowing it.

 

As events contributing to the distinction of territories in the competition that they are engaged to retain their inhabitants and attract visitors, fairs and festivals are the object of an attention of the researchers only since about twenty years. Following the example of other populations of the countries of the South, villagers of Kabylia try to revitalize the local development following the failure of the public policies. But to what extent? Are these efforts fruitful? After examination, Mohamed-Amokrane Zoreli notes, in his paper « Impacts sur l’attraction et la vitalité territoriales des fêtes et festivals de Kabylie », that if all the aimed objectives are not reached, these initiatives contributed to increase the resources available for the development of the concerned regions.

 

In « Les impacts territoriaux et sociaux de la mise en place d’un dispositif de résidence d’artiste en centre d’art », Margot de Roquefeuil adopts a new angle to study this phenomena. Going away from the point of view of the artists, she takes place on the side of the centers of art which welcome them to put better on the fallout from these programs on all the stake holders (cultural centers, artists, publics). She wonders in which measure artists’ residences, envisaged as intermediate spaces, have an impact on the territory which they occupy and the relation developed with the community of public of this territory. She concludes that the nature and the scale of these impacts are not mechanical, but vary according to contexts and relational dynamics set up.

 

The beauty of the Languedoc games, very ancient, is bound to its codified esthetics, resting on the correctness of the technical gestures with regard to a number of attributes, sequences and ritualized activities. Now, since the 1960s, according to Jérôme Pruneau, who signs the article « Inflexion de l’esthétique des joutes languedociennes devenues spectacle sportif », the adoption of certain tactical aspects questions the essence of this esthetics following its sportification, defined as the process of adoption of the values chairing over the practice of sports activities of high competition and the requirements linked to their public expression. As a result, the inflection of the esthetic criteria connected to the production of the show appears as an answer to the constraints of its broadcasting and the new sensibilities of the audiences. Yet, it turns out that the original symbolic content is strong enough so that the show of the games preserves for the main part its traditional meaning and esthetics.

 

Gabriel Bender suggests in his text « Cri et chuchotement : petite musique psychiatrique » that the history of a clinic, the philosophy of the care that it carries and its relation to the city can be told from the sounds produced. Malévoz is a private institution wanted by an idealistic ex-director of public hospital. It should neither look like barracks, nor convent. Over the time, another way is borrowed to reenchant the site and restore the connections. The objective is to make of this ghost village a living district of the city of Monthey, Switzerland. To bring a surplus of soul, a call was launched to artists of miscellaneous origins and diverse disciplines wanting to stay there and to get fresh ideas. This is the way Malévoz became for the art under construction a hospitable asylum and the abandoned spaces busy and alive again.

 

Open section

 

The double relationship of art to social dynamic expresses its complex links to the political and economic powers. The influence of the Prince and the Market on arts and the critic of powers through the means of art have as main issues free speech and authenticity. In a context of redefinition of the social role of the artists, where the figure of a psychoanalyst is replacing the one of a revolutionary, and of the public space, less visible in the urban development and more enclosed in the media, the new artistic activism aims at conscience awaking more than at social structures changes. Jean-Marie Lafortune argue in his text « Des luttes de l’art à l’art des luttes contre le Prince et le Marché », that its impacts are therefore compromised by the taste of the population for amusement and the control of powers over the media.

 

This edition ends on the presentation of an effective creative process having showed its ability for twenty years. Sylvie Labelle recalls it for us. Early in the 1980s, Dr. de Bono invented the Six Thinking Hats method, which is a framework to incorporate lateral thinking into the traditional rational logic. He organized a trainers’ network to spread the formula. Advanced Practical Thinking (APTT) of Des Moines, Iowa (USA), now offers a training which condenses the teachings.

 

The next edition of the Review, planned for automn 2018, will have for theme « Research in sociocultural community development ». The deadline to submit an article or a report for this edition is October 14th, 2018 (see instructions: www.atps.uqam.ca/auteurs_en.php). We also accept any time texts to appear in the open section.

 

Enjoy the reading!

 

Jean-Marie Lafortune (UQAM) and André Antoniadis (EESP-Lausanne), editors

 

 

 

REVISTA INTERNATIONAL ANIMACION, TERRITORIOS Y PRACTICAS SOCIOCULTURALES

www.atps.uqam.ca

 

ACABA DE APARECER

 

PUESTAS TERRITORIALES DE LA ANIMACIÓN

 

Cada territorio desarrolla las artes, el saber y la convivialidad con arreglo a su geografía, a su marco edificado, a su economía y a sus tradiciones. La animación cultural debe poder ajustarse las variaciones territoriales de las prácticas culturales y de los modos de vida. El arraigamiento de los animadores, fundado sobre un mejor conocimiento y una experiencia del terreno, favorece la puesta en ejecución de programas de actividades susceptibles de satisfacer las aspiraciones de los individuos revalorizando la identidad cultural local o regional. El análisis de las relaciones entre la cultura, los territorios y la acción también se apoya en la originalidad que manifiesta la animación cultural delante de las diferentes situaciones territoriales tanto en materia de estrategias de intervención como de inserción profesional. El número presente procura responder a las cuestiones siguientes: ¿ cómo las especificidades de los territorios influyen sobre las estrategias de acción cultural? ¿ Cómo las experiencias de animación cultural que tienen curso en los territorios diversos pueden contribuir a la renovación de las prácticas?

 

Análisis

 

En su artículo titulado  » Le diagnostic participatif : un outil pour pratiquer la recherche-action « , Claudia Della Croce y Yuri Tironi presentan un método empleado en el contexto de una actividad participativa bajo la forma de una investigación-acción llevada durante dos años en una ciudad de 12 000 habitantes en Suiza francófona.Después de haber introducido elementos del marco teórico, del proceso y de la metodología de intervención, describen el dispositivo de pilotaje así como las actividades interactivas colocaciones para recoger datos en un diagnóstico participativo y relatan algunas recomendaciones devueltas a las políticas que financiaron esta investigación. El texto se concluye por una reflexión sobre las condiciones de una participación ciudadana efectiva y sobre la manera de colocar dispositivos que lo permite.

 

Como acontecimientos que contribuyen a la distinción de los territorios en la competencia a la que se entregan para retener a sus habitantes y atraer a visitadores, las fiestas y los festivales son objeto de una atención de los investigadores sólo desde una veintena de años. A ejemplo de otras poblaciones de los países del Sur, los aldeanos de Cabilia intentan dinamizar el desarrollo local en consecuencia del fracaso de las políticas públicas. ¿ Pero qué exactamente es? ¿ Estos esfuerzos son fructuosos? Después de observación, Mohamed-Amokrane Zoreli nota, en su texto « Impacts sur l’attraction et la vitalité territoriales des fêtes et festivals de Kabylie », que si todos los objetivos aludidos no padecen, estas iniciativas contribuyeron aumentando los recursos disponibles para el auge de las regiones concernidas.

 

En « Les impacts territoriaux et sociaux de la mise en place d’un dispositif de résidence d’artiste en centre d’art », Margot de Roquefeuil adopta un ángulo nuevo por el estudio de este fenómeno. Alejándose desde el punto de vista de los artistas, se coloca del lado de los centros de arte que los acogen con el fin de aprehender mejor los arranques de estos programas sobre los actores concernidos (organismos culturales, artistas, públicos). Así se interroga a saber en cuales medidas las residencias de artistas, contempladas como espacios intermediarios, tienen un impacto sobre el territorio que ocupan y la relación desarrollada con la comunidad de público de este territorio. Concluye que la naturaleza y la amplitud de estos arranques no son mecánicas, sino varían según los contextos y las dinámicas relacionales puestas en pie.

 

La belleza de las justas languedocianas, muy antiguas, es vinculada a su estética codificada, reposando en la rectitud de los gestos técnicos respecto a un cierto número de atributos, de secuencias y de rituales. Entonces, desde los años 1960, por Jérôme Pruneau, que firma el artículo « Inflexion de l’esthétique des joutes languedociennes devenues spectacle sportif », la adopción de ciertos aspectos tácticos devuelve en causa la esencia de esta estética en la pisada de la sportification, definida como el proceso de la adopción de los valores que dirige la práctica de actividades deportivas de alta competición y de las exigencias atadas a su expresión pública. Se lo sigue la inflexión de los criterios estéticos vinculados a la producción del espectáculo para responder a las limitaciones de su difusión popular y a las nuevas sensibilidades de las audiencias. Entonces, sucede que la carga simbólica original sea bastante fuerte para que el espectáculo de las justas conserve por lo esencial su significado y sus estética tradicionales.

 

Gabriel Bender propone en su texto « Cri et chuchotement : petite musique psychiatrique » que la historia de una clinica, la filosofía de los cuidados que se consagran allí y la relación con la ciudad que entretiene pueden contarse a partir de los sonidos producidos. Malévoz es una institución privada querida por un exdirector de hospital público idealista. No debe parecerse a cuartel, ni a un convento. En el curso del tiempo, otra vía es pedida prestado para reencantar el sitio y restablecer las conexiones. El objetivo es hacer este pueblo fantasma un barrio animado de la ciudad de Monthey, Suiza. Con el fin de traer una demasía de alma, una llamada ha sido dada a conocer a artistas de miscelánea orígenes y disciplinas diversas que quieren permanecer allí y recargarse allí. Así es como el lugar se hizo para el arte en construcción un asilo hospitalario y sea los espacios abandonados de nuevos están ocupados y vivos.

 

Fuera de thema

 

Fuera de thema

La doble relation que mantiene el arte con la dinámica social se traduce por relaciones complejas a los poderes políticos y económicos. La influencia del Príncipe y del Mercado sobre el arte y la crítica de los poderes por los medios del arte ponen en juego la expresión libre y la autenticidad de las experiencias. En contexto de redefinición del papel social de los artistas, donde la figura del psicoanalista se le sustituye a la del revolucionario, y del espacio público, menos presente en la trama urbana y más confinado a la esfera mediatica, el nuevo arte voluntario pretende despertar las conciencias más bien que cambiar las estructuras sociales. Jean-Marie Lafortune difiende en su texto « Des luttes de l’art à l’art des luttes contre le Prince et le Marché » que entonces su camada es comprometida por el atractivo de la población hacia la diversión y el control ejercido por los poderes sobre los medios de comunicación.

 

Este número se acaba con la presentación de un proceso de cratividad. Sylvie Labelle nos la reume. A comienzo de los años 80’s, el Doctor Bono inventó el método de los Seis Sombreros de pensamiento, que es un marco de referencia para el pensamiento y puede incorporar pensamietno lateral. El organizó una red de entrenadores expertos para introducir el método por todo el mundo.

 

El número próximo de la Revista, difundido en la otoño de 2018, tendrá para tema « La investigación en animación ». La fecha límite para someter un artículo o un informe a este número es el 14 de octubre de 2018(ver consignas : www.atps.uqam.ca/auteurs_es.php). También aceptamos en todo tiempo textos que aparecen en la sección fuera de tema.

 

¡ Buena lectura !

 

Jean-Marie Lafortune (UQAM) y André Antoniadis (EESP-Lausanne), redactores

L’association de préfiguration de l’École Supérieure des Arts du Cirque Toulouse-Occitanie recrute SA DIRECTRICE OU SON DIRECTEUR.

Directeur/Directrice (h/f)
Ville de Toulouse.
Localisation : Toulouse
Type de contrat : CDI

Contexte

L’association de préfiguration de l’Ecole Supérieure des arts du cirque est créée en juillet 2018 à l’initiative de la Mairie de Toulouse, Toulouse Métropole et de l’Etat – Ministère de la culture – à partir de la formation professionnelle dispensée par l’école municipale du Lido à Toulouse. En préfiguration d’une future Cité européenne des arts du cirque, dont la forme juridique définitive sera déterminée dans les prochaines années, l’association de préfiguration a pour objet de :

  • Mettre en œuvre et administrer l’École Supérieure des Arts du Cirque dispensant – sous réserve de l’accréditation de cette école par le ministère de la culture – le Diplôme National Supérieur Professionnel d’artiste de Cirque (« DNSPAC ») ;
  • ·        Assurer durant trois ans la préfiguration de la Cité européenne des Arts du Cirque en coopération avec l’association La Grainerie, Fabrique des arts du cirque et de l’itinérance sise à Balma.

Le projet de création d’une Ecole Supérieure des Arts du Cirque devant participer à la préfiguration d’une Cité européenne des Arts du Cirque d’ici trois ans, est envisagé comme la consolidation des expériences existantes au Lido et au sein de l’association La Grainerie.

Il affirme une volonté forte de coopération entre acteurs publics en faveur du développement des arts du cirque en Région Occitanie.

Ce nouvel établissement d’enseignement supérieur pour les arts du cirque a pour objectifs, à trois ans :

1)      D’obtenir l’accréditation précitée (juin 2019) et de mettre en place le cursus complet du DNSPAC, avec son adossement à l’Université Jean Jaurès de Toulouse ;

2)      De réunir les conditions nécessaires à la mise en place d’un Master européen avec plusieurs écoles de l’espace européen, et en particulier avec l’Espagne dans une dynamique transfrontalière. 

De poser les jalons d’une future Cité européenne des arts du cirque en région, en coopération avec l’association La Grainerie.

Description du poste

La directrice ou le directeur de l’association de préfiguration aura pour principales missions :

  • L’administration sociale, administrative et financière de l’association de préfiguration. À ce titre, elle ou il assure – par délégation de la présidence de l’association – la responsabilité de la gestion des ressources humaines et du budget de l’association de préfiguration ;
  • En lien avec l’équipe pédagogique, la mise en place de l’école supérieure des arts du cirque Toulouse–Occitanie et le dépôt de la demande d’accréditation auprès du ministère de la culture conformément au Décret 2017-718 du 2 mai 2017 ;
  • Le développement des coopérations avec les collectivités publiques et les professionnels de la filière cirque de l’espace régional, en particulier avec l’association la Grainerie, Fabrique des arts du cirque et de l’itinérance, pour la définition du projet de Cité européenne des Arts du Cirque ;
  • Le maintien d’un travail en lien étroit avec le cursus municipal des pratiques amateurs du Lido ; 
  • Le suivi et la valorisation des activités de l’association et l’étude de son évolution juridique d’ici 2021.

Responsabilités

La direction de l’association de préfiguration est sous la responsabilité du conseil de gestion qui définit les orientations stratégiques du projet et ses axes de développement. Elle est garante, avec le responsable des études, des orientations pédagogiques des formations conduisant au DNSPAC.

La direction est directement impliquée dans l’animation du conseil des études ainsi que dans le secrétariat et l’animation du comité de prospective en charge de la préfiguration de la Cité européenne des Arts du Cirque.

La direction met en place les orientations budgétaires et les décisions concernant les ressources humaines définies par le conseil de gestion. Elle supervise l’équipe salariée de l’association et les ressources humaines mises à disposition pour la mise en œuvre du projet.

La direction apporte son appui à la préparation des séances du conseil de gestion.

La direction travaille de manière régulière avec les institutions membres de l’association de préfiguration ainsi que les collectivités publiques, les équipes et les réseaux professionnels intéressés par le projet.

Profil

De par vos activités, vous avez une bonne connaissance du monde des arts du cirque.

Vous avez une expérience confirmée dans la direction et la mise en œuvre de projets et dans la direction d’établissement, en particulier en matière de gestion des ressources humaines, de gestion administrative et financière.

Vous maîtrisez les enjeux de la pédagogie de l’enseignement artistique, ainsi que ceux de la délivrance d’un diplôme d’enseignement supérieur dans le cadre du dispositif LMD.

Vous connaissez les principes de l’Education nouvelle ou y êtes sensibilisé.

Vous appréhendez les contextes régionaux, nationaux et européens dans lesquels se déploient les établissements d’enseignement supérieur artistique, ainsi que les différentes institutions et réseaux d’acteurs.

Vous disposez de qualités d’organisation, d’animation, de communication et d’une capacité à travailler en équipe.

Votre poste demande une mobilité et implique de multiples échanges au niveau régional et européen. La maitrise de l’espagnol et/ou de l’anglais serait un plus.

 

Date de prise de fonction

Novembre 2018. 

Conditions du poste

Contrat en CDI. Temps complet. Cadre. Rémunération selon expérience.

 

Candidature et calendrier

Candidatures (lettre de motivation et curriculum vitae) à envoyer sous format pdf simultanément et au plus tard le 24 août 2018 à minuit :

 

Par courrier, sous la référence « Candidature ESAC », à :

 

Monsieur le Maire de Toulouse

Direction Générale des Ressources Humaines

32 rue Valade BP 999

31040 Toulouse Cedex 6

et

Monsieur le Directeur Régional des Affaires Culturelles Occitanie

Hôtel Saint-Jean, 32 Rue de la Dalbade 31000 Toulouse

 

Et par courriel à :

Objet : « Candidature ESAC – NOM Prénom »

emilie.cabaup@toulouse-metropole.fr

agnes.clausse@culture.gouv.fr

veronique.bascoul@mairie-toulouse.fr

Les candidat-e-s présélectionné-e-s en seront informé-e-s le 10 septembre 2018 et devront rédiger un projet présentant leurs orientations et leurs priorités à 4 ans, à partir d’un dossier fourni, à remettre au plus tard le 8 octobre 2018. Après examen des dossiers, les candidats seront reçu-e-s par le jury le 15 ou 16 octobre 2018.

 

IUT Sénart-Fontainebleau (UPEC) est à la recherche d’un vacataire

Le département Carrières sociales de l’IUT Sénart-Fontainebleau (UPEC) est à la recherche d’un vacataire pour assurer le cours « Le groupe et ses enjeux » pour les étudiants en 1ère année de DUT option « animation sociale et socio-culturelle ». Ce cours est susceptible d’intéresser des étudiant.e.s ou jeunes docteur.e.s en sciences de l’éducation ou de psychologie sociale.

 

Les objectifs de ce module sont de permettre aux étudiants de développer leurs facultés d’analyse des phénomènes de groupe, et de créer un espace de relecture et de régulation de leurs expériences collectives au sein de la formation.

Le cours comporte 40h de présentiel (à Lieusaint, sur la ligne du RER D), rémunérées 61€35 bruts pour les CM, 40€91 pour les TD. Les cours sont positionnés au second semestre, de février à mai.

Les conditions d’embauche sont celles de l’Université de Paris-Est Créteil :
–          Justifier d’une activité d’au moins 900h annuelles (ou 300h annuelles d’enseignement). Etre salarié du privé ou du public, ou être auto-entrepreneur depuis 3 ans.
–          Etre étudiant, inscrit en 3ème cycle et être âgé de moins de 28 ans au 1er septembre 2016

Vous pouvez envoyer votre candidature (CV) auprès de Géraldine Gimenez : geraldine.gimenez@u-pec.fr

1 2 3 34